Genève // Black Movie Film Festival 2013

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

El muerto y ser feliz, Javier Rebollo, 2012

Uno tra i festival più interessanti, il Black Movie Film Festival di Ginevra offre 10 giorni da cinevori con particolare attenzione ai talenti emergenti e a opere non distribuite in Svizzera.
Fieramente opposto agli standard del cinema contemporaneo, Black Movie è saldamente ancorato al mondo di oggi, di cui offre un riflesso dei suoi movimenti estetici e sociali attraverso un approccio tematico in 6 sezioni.
La sua prossima edizione si terrà dal 18 al 27 gennaio 2013.

Non mancheranno delle super master class con Carlos Reygadas, Hong Sangsoo et Kim Kyung-mook. Numerosi registi accompagneranno le loro opere nei giorni del festival.

La balade sauvage

Black Movie 2013

10 jours cinévoraces

Du 18 au 27 janvier prochain, Black Movie s’entiche d’une méduse pour batifoler dans les eaux fraîches du cinéma d’auteur international. Le festival ouvre la saison culturelle 2013 façon pêche miraculeuse : dans ses filets grouillent opus rares et films mutants.

35 mm d’hybridations

Au zoo bizarre, les cinéastes sont rois. Plein d’audace formelle, ils et elles ont fractionné les narrations, croisé des espèces sur pellicule. Résultat des courses : une édition totalement indomptable.
Alors qu’un circus crame en Crimée, quelques tabous archaïques se lèvent à Séoul. A Lisbonne, ça rampe en latex des douches au caniveau. Oiseaux de bon ou de mauvais augure, quelques bestioles sacrées traversent l’écran: diable rouge obscène ici, drôle de dinosaure srilankais là. Un crocodile mélancolique observe les rendez-vous manqués qui se comptent à la pelle. Les chiens comme les hommes errent pendant qu’à Macao, une brunette, sirène hollywoodienne, frétille à l’aise au milieu d’anguilles équeutées. D’autres sirènes, d’ambulance cette fois, s’affolent à Sofia. Plus loin à l’Est, on poursuit tant bien que mal sa petite vie sous perfusion nucléaire. Partout, la nature gloutonne semble prendre le pas sur des humains plus tout à fait à leur place. Manipulateurs ou manipulés, les bougres se sont mis tout seuls dans le pétrin. Et tout en bas de la chaîne, marre d’être surexploités…les sushis se vengent!

Black Movie décortique l’aube vermeille du 21ème siècle avec une centaine de films où tout est permis.

Best of d’un bestiaire moderne en six actes

1- Tous les garçons s’appellent João

O fantasma, João Pedro Rodrigues, 2000

Lusophiles, ce volet est pour vous. Alors que la situation économique du cinéma portugais bat de l’aile, Black Movie célèbre Jean par-ci, Jean par-là, des réalisateurs de panache.

2- Prends l’oseille et tire-toi

Kinshasa Kids, Marc-Henri Wajnberg, 2012

De Nairobi à Kinshasa, des galériens se rebiffent. Même morts comme Sankara, ils dépoussièrent les vieux empires et réveillent encore l’espoir des vivants.

3- Bons Baisers de Russie

Serdtsa bumerang, Nikolay Khomeriki, 2011

Rares sont les occasions d’un cycle entier de cinéma russe indépendant. Dans ce chapeau le show est assuré par sept chroniques à la mélancolie parfois bien arrosée, mais cinématographiquement lumineuses.

4- A Suivre…Le retour!

Dyut meng gam, Johnnie To, 2011

Volet prestige pour grand vertige: Hong & Im (Sangsoo), un certain Kim Ki-duk, Kitano, Wang Bing, Reygadas ou encore Tsai Ming-liang. Derniers opus de pointures que le festival aime et poursuit donc inlassablement.

5- Le goût des autres

Cheonggyecheonui gae, Kyung-Mook Kim, 2009

Les plus belles rencontres sont comme des évidences. La poésie radicale de KIM Kyungmook, jeune touche-à-tout du cinéma coréen, se vit avec les tripes.

6- Chat Alors! Le Petit Black Movie

8ème édition de ce festival dans le festival, que dévorent les enfants tout cru. Productions nordiques et portugaises, triptyque russe ou Tour du Monde, c’est le rendez-vous poilant des cinéphiles en herbe.

Et tout ce qui tourne autour…

Nombre de réalisateurs présents, grands noms ou jeunes pousses, seront là pour parler de vive voix de leur travail.

Master super classes avec Carlos Reygadas, Hong Sangsoo et Kim Kyung-mook. Tables rondes, conférences et discussions autour de thématiques de l’édition.

Jury Boréal de la Critique: cinq plumes critiques, actives sur la blogosphère ou sur le papier, confronteront leurs points de vue pour distribuer ce nouveau prix de 5’000 CHF.

Gogo Daily: web tv/radio éphémère du festival, elle sévira quotidiennement au 3ème étage du Grütli…ou dans des recoins imprévus.

Les nuits, c’est bien connu, Black Movie adore amuser la galerie à côté du Spoutnik. Les karaoké revisités y sont devenu légions. On voit des films, on s’émeut et puis on bouge son boule.

2013 : 13 francs ! Le festival, superstitieux, propose un lucky tarif de 13 CHF pour toutes les séances (6 CHF en réduit). Ce qui est rare…n’est pas si cher!

En janvier, ne soyez pas des poules mouillées. Affûtez vos yeux de lynx et venez trancher entre l’art et le cochon ! Attendez-vous à tout, nous vous proposons dix jours d’hypnose de haute volée!

Prenez vos marques sur www.blackmovie.ch

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+