Genève // Black Movie Film Festival 2013 – Gli ospiti

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

João Pedro Rodrigues & João Rui Guerra da Mata
(still dalla videointervista realizzata per Rapporto Confidenziale da Emanuele Dainotti)

Uno tra i festival più interessanti, il Black Movie Film Festival di Ginevra offre 10 giorni da cinevori con particolare attenzione ai talenti emergenti e a opere non distribuite in Svizzera.
Fieramente opposto agli standard del cinema contemporaneo, Black Movie è saldamente ancorato al mondo di oggi, di cui offre un riflesso dei suoi movimenti estetici e sociali attraverso un approccio tematico in 6 sezioni.
La sua prossima edizione si terrà dal 18 al 27 gennaio 2013.
Non mancheranno delle super master class con Carlos Reygadas, Hong Sangsoo et Kim Kyung-mook. Numerosi registi accompagneranno le loro opere nei giorni del festival.

La balade sauvage

Black Movie 2013

10 jours cinévoraces

Du 18 au 27 janvier prochain, Black Movie s’entiche d’une méduse pour batifoler dans les eaux fraîches du cinéma d’auteur international. Le festival ouvre la saison culturelle 2013 façon pêche miraculeuse : dans ses filets grouillent opus rares et films mutants.

35 mm d’hybridations & un banc d’invités prestigieux

Le festival ouvre la saison culturelle 2013 façon pêche miraculeuse : dans ses filets grouillent 101 films mutants, fictions corrosives, documentaires planants, ou les deux! Dénicheur né, Black Movie affiche cette année 40 films en première suisse ou européenne.

Au zoo bizarre de Black Movie, les cinéastes sont rois. 24 d’entres eux seront présents en personne : de grands noms tels que le mexicain Carlos Reygadas (Post Tenebras Lux en Avant-Première), les portugais Miguel Gomes (Tabu en AvantPremière), João Pedro Rodrigues (O Fantasma) & João Rui Guerra da Mata, ou encore un maître du cinéma nippon Masahiro Kobayashi (Japan’s Tragedy). Avec eux, quelques jeunes réalisateurs prometteurs à observer de près : à commencer par une section entière sur le nouveau prodige du cinéma indépendant coréen Kim Kyung-mook, deux courts-métrages du représentant de la nouvelle garde du cinéma portugais João Salaviza (Ours d’Or du Meilleur Court Métrage à Berlin), la mexicaine Yulene Olaizola (Fogo, Quinzaine des réalisateurs) ou encore David Tosh Gitonga (Nairobi Half Life) en course pour l’Oscar du Meilleur Film Etranger. Et en exclusivité, la présence lumineuse de Saul Williams, musicien, slammeur de légende, pour son rôle dans le film Aujourd’hui d’Alain Gomis (également présent) fera l’honneur d’un ciné-concert inédit à l’Usine en fin de festival. Tout cela sous l’oeil avisé du prestigieux Jury de la Critique composé de 5 journalistes et critiques de la blogosphère.

Entre Portugal et Russie à la loupe, les nouveautés asiatiques pullulent

Après un fil grec tiré l’an passé, Black Movie zoome cette année sur la relève du cinéma portugais dans un contexte de crise inquiétante pour le 7ème art lusophone (section Tous les Garçons s’appellent João). La section Bons baisers de Russie propose un tour arrosé et glaçant, pour découvrir certaines raretés du cinéma indépendant contemporain. Quelques perles burkinabés ou congolaises agitent le programme Prends l’Oseille et tire-toi, dont un hommage des plus actuels et bien monté à Capitaine Thomas Sankara par le genevois Christophe Cupelin. Volet prestige pour grand vertige : A Suivre…le retour d’un programme de taille avec les derniers opus de Hong Sangsoo (In Another Country), Im Sang-soo (The Taste of Money), Tsai Ming-Liang (Walker), Wang Bing (Alone), Kim Ki-duk (Pieta) ou Takeshi Kitano (Outrage Beyond).

Bouillon d’entractes, de lieux féroces et de nuits bien huilées…

Entre deux films, Gogodaily, la webtv du festival, sévira quotidiennement au 3ème étage du Grütli, lequel Bâtiment des Arts aura revêti ses plus beaux atours de méduse façon série B grâce à l’installation de l’artiste Cetusss (The Deadly Spawn). Partenaire caféine nécessaire, Boréal Coffee, non content de doter le prestigieux Prix Boréal de la Critique 2013 fera déguster ses décoctions dans un coffee shop éphémère au sous-sol. Quand les mirettes n’en pourront plus, c’est au Macau, bar du festival adjacent au Cinéma Spoutnik, que les nuits fougueuses du festival s’enchaîneront à un rythme tout aussi sauvage…

En guise de voeux 2013, Black Movie applique un prix superstitieux de 13 CHF pour chaque séance (6 CHF en réduit). En somme, ne soyez pas des poules mouillées, affûtez vos yeux de lynx et venez trancher entre l’art et le cochon du 18 au 27 janvier prochain.

www.blackmovie.ch

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+