Black Movie 2014 – Palmarès

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

 
BLACK MOVIE 2014:
LA FREQUENTATION EXPLOSE!

Les 15 ans du Festival Black Movie ont conquis le coeur du public: l’affluence a augmenté de 25 %, passant de 23’000 festivaliers en 2013 à plus de 28’000 cette année.

 
Un flux fou de cinéphiles

 
Le cinéma indépendant international attire des passionnés que Black Movie, avide de bobines sensibles, a su rassembler au cours de ces 15 dernières années. Avec 125 films projetés sur les écrans blancs pendant 10 jours, toutes sections et formats confondus, le festival cristallise son rôle de passeur nécessaire des productions moins visibles du monde entier.
27 réalisateurs se sont déplacés pour incarner leurs films devant les écrans blancs. Ils ont souligné le caractère « unique et précieux » d’une manifestation qui prend le cinéma aussi sérieusement qu’elle le célèbre dans un esprit festif impitoyable. La moquette bleue menthe à l’eau aux couleurs de cette édition a remplacé les tapis rouges de jour comme de nuit (blanche), avec cet esprit de proximité si cher et primordial à l’organisation du festival.
Et Simon Zhou, responsable des arts et de la culture du magazine Time Out Beijing, invité dans le cadre de la carte blanche solidaire au Beijing Independent Film Festival censuré à l’automne dernier, de le tourner autrement: «Rien n’est éternel, mais je souhaite que ce festival vive pour toujours».

 

(foto: Miguel Bueno)

 
Les Lauréats 2014

 
Le Prix de la Critique, doté de 5’000 CHF par la Ville de Genève a été attribué à l’unanimité à la jeune réalisatrice Mati Diop pour son film Mille Soleils, qui revisite 30 ans plus tard le parcours de Mory, protagoniste principal d’un classique du cinéma sénégalais, Touki Bouki, réalisé par feu son oncle Djibril Diop Mambéty en 1973.
Le jury, composé des 5 critiques internationaux de cinéma Leslie Felperin (The Hollywood Reporter), Hugues Dayez (RTBF), Mario Kozina (Filmonaut), Jay Weissberg (Variety) et Xavier Leherpeur (Canal +, France Inter), expliquent ainsi leur choix: «Tout en faisant le choix de la brièveté, la cinéaste aborde en profondeur des thèmes riches et complexes : le sort de l’Afrique contemporaine, le rêve brisé d’un artiste et un dialogue poétique avec un classique africain du septième art. Nous avons particulièrement apprécié son approche sensuelle, inventive et intime des rapports entre le cinéma et la réalité».

 

Dieudo Hamadi, regista di Atalaku (2013), al Black Movie (foto: Miguel Bueno)

White Shadow, premier film de Noaz Deshe a été plébiscité par les festivaliers, remportant ainsi le Prix Boréal du Public, doté de 5’000 CHF par le partenaire du festival Boréal Coffee Shop. Voici ce que déclarait le réalisateur mexicain Amat Escalante, en choisissant de proposer à Black Movie ce film italo-tanzanien dans le cadre de la carte blanche qui lui était consacrée cette année: «Un film urgent. Du cinéma pur. Comme un esprit à vif qui jouait à la fois dans mon cerveau et devant mes yeux et qui ne s’échapperait qu’au prix d’un combat. Je souhaite vraiment que tout le monde puisse recevoir le travail de Noaz Deshe. C’est son premier film, mais on va certainement en entendre encore parler dans le futur».
Le jeune lauréat du Prix des Jeunes, décerné par un jury de jeunes issus du post-obligatoire, est Dieudo Hamadi pour son film Atalaku, chronique acérée d’une élection en République duCongo. Présent lors de la soirée de clôture, le cinéaste a été particulièrement «touché de faire résonner quelque chose chez des jeunes issus d’une réalité aux antipodes de la sienne».
Deux nouveaux prix consacrés au cinéma d’animation ont été créés cette année. Le jury du Prix du Petit Black Movie a choisi de récompenser Snowflake de la russe Natalia Chernysheva, laquelle lançait publiquement lors de la remise de son prix que cette distinction «lui donnait la force pour continuer de faire des films».
Enfin, les enfants ont été particulièrement sollicités lors de cette édition anniversaire, suite logique de l’initiative qu’a pris le festival de proposer des programmes mensuels dans les maisons de quartier de Genève depuis la rentrée de septembre 2013. Un jury de petits de 7 à 9 ans s’est pressé hier soir sur scène pour remettre le Prix des Enfants au film sud-africain Loot, de Greg Rom.
Alors que les pellicules continuent de tourner jusque tard dimanche soir, Black Movie s’éclipse avec une confiance redoublée par le succès grandissant de ses propositions cinéphiliques, reprenant l’une des injonctions malicieuses de l’artiste Cetusss qui ont proliféré sur tous les murs des lieux du festival cette année:

 


NEVER GO BACK HOME
La suite… du 16 au 25 janvier 2015!
blackmovie.ch

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+